Informations et outils d’identification

Favoriser les chauves-souris dans les combles

Publié le 20 novembre 2012 par Lucie Dutour

Les chauves-souris ou chiroptères (étymologiquement « mains ailées ») sont les seuls mammifères ayant développé le vol actif. Ces animaux fascinants, longtemps méconnus et mal-aimés de par leurs mœurs nocturnes font aujourd’hui l’objet de toutes les attentions.
En effet, un plan d’action national (2009-2013) a pour objectif de mettre en œuvre des actions favorables aux 34 espèces françaises de chauves-souris. Ces espèces, toutes protégées légalement, ont subi et subissent encore aujourd’hui des pressions environnementales menaçant parfois leur survie. La destruction de leurs habitats de chasse (zones humides, bocages, vieux boisements...), la destruction des gîtes (comblement de souterrains, aménagements de combles...), la raréfaction de leur ressource alimentaire (agriculture intensive, pesticides ménagers...) sont autant de facteurs néfastes. Ces animaux sont pourtant indispensables à l’équilibre des écosystèmes entre autres par leur rôle de régulateur des populations d’insectes.

Une des difficultés rencontrée par les chauves-souris est de trouver un gîte favorable à l’accueil des colonies de femelles en période estivale. Celles-ci se regroupent pour mettre bas et élever ensemble leur unique petit de l’année. Les espèces dites anthropophiles vont rechercher préférentiellement à s’installer dans le bâti et tout particulièrement dans les combles présentant une température élevée.

Cependant la cohabitation entre les habitants et les chauves-souris n’est pas toujours chose aisée ! Ces petits mammifères laissent derrière eux du guano qui ne fait pas toujours le meilleur effet. Il existe pourtant des solutions simples pour cohabiter sans encombre avec ces animaux discrets et protéger ainsi leur gîte.

• Aménager

Pour les espèces suspendues librement dans des combles inutilisés, la pose d’une simple bâche au sol sous la colonie permettra de récupérer le guano une fois par an. Ce dernier pourra être utilisé comme engrais pour le jardin (à diluer à 10%).

Si les propriétaires souhaitent utiliser régulièrement les combles, il peut être conseillé de les cloisonner en deux parties en laissant un espace bien défini pour les chauves-souris. Ainsi, pour les cas les plus simples, un cloisonnement vertical avec une bâche sera suffisant. Dans l’objectif d’aménagement de combles en pièce de vie, il sera possible de conserver une partie des combles pour les chiroptères en montant une cloison verticale ou en installant un faux plafond.

Pour les espèces s’installant régulièrement dans les toitures, il est possible d’installer des caissons entre deux chevrons incitant les chauves-souris à n’utiliser qu’une partie précise de la toiture ce qui limitera fortement les dérangements.

• Éviter le dérangement

Un dérangement important des colonies suffira à faire fuir les femelles ce qui sera fatal pour les jeunes non émancipés.
C’est pourquoi il est important d’être particulièrement vigilant lors de projets de travaux. Il sera ainsi conseillé de réaliser des aménagement de combles ou des réfections de toiture en dehors de la période de présence des chauves-souris à savoir d’octobre à mars.
De même, le traitement des boiseries sera de préférence réalisé par injection avec des produits biologiques non nocifs (composé de cuivre ou de Zinc et traitement curatif à air chaud).
L’éclairage des bâtiments peut également avoir un impact sur les chauves-souris y ayant élu domicile en transmettant un signal erroné pour leur envol nocturne. Les chauves-souris risquent ainsi de quitter leur gîte plus tardivement et manquer le pic d’activité des insectes proies. Une adaptation de l’éclairage en évitant que la lumière arrive sur le trou d’envol est généralement suffisant.

• Favoriser la présence

Conserver ou créer de nouvelles ouvertures est la première étape pour que les chauves-souris s’installent dans des combles. Ainsi la pose de chiroptière dans la toiture ne donnant accès qu’aux seules chauves-souris peut être particulièrement efficace.

Conserver des combles sombres en occultant les fenêtres sera également favorable.
Lorsque les conditions thermiques ne sont pas intéressantes pour les chiroptères, il sera possible d’installer des nichoirs de substitution.
Enfin adapter sa gestion au jardin sera également bénéfique pour que les chauves-souris y chassent : conserver des bandes non fauchées, créer une mare, conserver des arbres creux, ne pas utiliser de pesticides...


Partager : http://l.picnat.fr/gnd

Les plus récents

Les plus lus

Picardie Nature

Association régionale de protection de la Nature et de l'Environnement
membre de France Nature Environnement, agréée par les ministères de l'Écologie et de l'Éducation Nationale
Picardie Nature - 1 rue Croÿ - BP 70010 - F80097 Amiens cedex 3 - Tél. 03 62 72 22 50