Vie du réseau

Retour sur le stage « Prospections chauves-souris en vallée du Thérain » (Beauvais Creil) Du 4 juin au 3 août 2012

Publié le 10 septembre 2012 par Lucie Dutour

Cette étude sur les chauves-souris s’est déroulée dans l’Oise et plus particulièrement en vallée du Thérain entre Beauvais et Creil. Elle entre dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action en faveur des chauves-souris animé par Picardie Nature. Chaque année, une vallée est ainsi prospectée à la recherche de colonies de mises-bas afin d’améliorer la connaissance régionale en période estivale. Le but étant de mieux connaître la répartition de ces petits animaux, mais aussi et surtout d’identifier les espèces présentes. Le plus dur étant de trouver où elles se cachent…

Tout d’abord la vallée du Thérain a été choisie pour le territoire de chasse qu’elle offre aux chauves-souris mais aussi pour le manque de connaissance en période estivale sur ce secteur. Le Thérain est une rivière qui prend sa source en Seine Maritime et qui se jette dans l’Oise à Creil. Cette vallée est formé d’habitats variés (champs, boisements, étangs, prairies). Ces petits mammifères y trouvent de quoi s’abriter dans les forêts, les habitations et les anciennes carrières mais aussi de quoi se nourrir au niveau des étangs, le long des cours d’eau ou en lisières de bois…
Pour cibler un peu plus les recherches, les églises ont été privilégiées. Au total 46 villes et villages furent sollicités, de Therdonne à Montataire en passant par Villers-Saint-Sépulcre, Mouy ou encore Mello. Un courrier expliquant notre projet et une demande d’autorisation de visite leur a été envoyé. La possibilité de « visiter » les autres bâtiments communaux fut également évoquée.
Mon stage a débuté par la pose d’affiches dans toutes les communes de mon secteur d’étude afin de communiquer auprès des habitants. Cela m’a ainsi permis, d’avoir une première approche en discutant notamment avec les commerçants, mais aussi de faire un premier repérage des villages, des églises…

Après réception des premières autorisations, les prospections des églises ont pu débuter. Le 18 juin 2012 à Berthecourt, 3 cadavres de Pipistrelles ont été retrouvés dans l’église. Puis vient Hermes, village abritant une petite colonie de Murins à Moustaches ! Cela en fait la cinquième de Picardie ! En effet dans le coin le plus haut, et le plus chaud du comble de l’église, 7 adultes et 2 petits ont été identifiés.

JPEG - 43 ko
Murin à moustaches

Il est même fort probable que plus d’individus soient présents mais difficilement repérables tant ces chauves-souris étaient cachées et serrées.

JPEG - 9.2 ko
Guano

A Hondainville, une petite colonie de Pipistrelles a trouvé refuge dans l’isolation des combles de la mairie.

Enfin cette journée nous réservait une autre surprise car nous avons trouvé 4 Oreillards dans les combles de l’église d’Ansacq. Là encore nous supposons qu’il s’agirait d’une petite colonie.
Même si à Saint Félix, et à Thury sous Clermont nous n’avons rien trouvé, pour moi cette journée fut couronnée de succès grâce à « la chance du débutant » !
Ensuite les jours se sont écoulés, au fil des prospections : Cauvigny, Bury, Balagny sur Thérain, Mello, Cirès les Mellos, Saint Waast les Mellos, La Chapelle Saint Pierre… Dans tous ces villages les recherches n’ont permis de trouver que du guano ancien, mais pas d’individus lors de la visite. Cependant nous avons rencontré beaucoup de personnes, certaines plus intéressées que d’autres, connaissant un peu ou pas du tout les chauves-souris, ayant peur de ces petits mammifères insectivores… C’est pourquoi même si les recherches étaient quelque peu décevantes, il est toujours utile et intéressant de discuter avec les personnes que nous rencontrons.

De plus, je me suis aperçue que les chauves-souris étaient des animaux particulièrement méconnus, et de ce fait craints par les gens. Au travers de ces prospections il est donc important et surtout nécessaire, de sensibiliser les personnes, de les écouter, mais aussi de les rassurer. Pour cela de petites brochures renfermant des informations utiles et pratiques (cycle biologique des chauves-souris, conseils pour éviter les dérangements, descriptif des espèces en Picardie, rectification des idées fausses…) ont été distribuées, et mises à la disposition à la mairie et aux particuliers rencontrés.

C’est donc dans ce but de sensibilisation, mais aussi grâce à l’ouverture d’esprit et à la grande motivation de l’ensemble du personnel de mairie, que l’association met en place une soirée chiroptères à Hermes dans le cadre de la nuit européenne de la chauve-souris. Cette action étant destinée à ses habitants, mais également à tous ceux et celles qui liront cet article !
Puis j’ai fait la connaissance d’Adrien (coordinateur suppléent du groupe chiroptères), qui m’a également accompagné dans toutes mes prospections : Heilles, Bailleul sur Thérain, Bresles, La Rue Saint Pierre, Crouy en Thelle, Maysel, Thiverny, Rousseloy, Rochy Condé, Abbecourt, Montreuil sur Thérain… Mais là encore pas de surprise car nous n’avons pas vu de chauves-souris dans tous ses bâtiments si ce n’est que quelques traces de vieux guano dans certaines d’entre elles… Des petites cavités, carrières, ponts ont également été visités dans la foulée, dans le cas où une de ces petites bêtes s’y serait cachée… Mais ce ne fut pas le cas.
Force est d’admettre que les chauves-souris ne se trouvent plus dans les églises, (ni dans les mairies d’ailleurs), en partie à cause des grillages mis pour repousser les pigeons dont les fientes dégradent inévitablement les combles. Pour faire en sorte de rester dans cette optique, pigeons dehors, et chauves-souris dedans, nous avons également distribué aux mairies un document montrant les différents aménagements, faciles à réaliser, favorisant l’accès à ces petits mammifères et non aux pigeons.

C’est pourquoi la décision d’étendre les recherches non seulement aux bâtiments communaux mais aussi aux bâtiments privés a été prise. J’ai donc recherché quels endroits pouvant être susceptibles d’accueillir des chauves-souris. Ainsi l’ancien moulin de Silly Tillard, restauré maintenant en chambres d’hôtes, me semblait être convenable. Après avoir été très bien accueilli, nous avons pu faire les tours des différents greniers, pour trouver quelques traces de guano. Un petit et un plus gros, pouvant laisser penser que deux sortes de chauves-souris viennent de temps à autre. Un hangar agricole a également été visité, car des murins à moustaches avaient déjà été observés. Cependant ils n’étaient pas là malgré l’importante quantité de guano trouvé sur les lieux. Peut-être étaient-ils dans une autre partie où nous n’avons pas pu aller. Le club d’équitation de Warluis quand à lui ne possède aucune trace de présence. Enfin dans le Moulin de Saint Félix, nous avons trouvé une pipistrelle cachée entre deux poutres. Malgré le fait que cet individu était isolé, la quantité de guano nous permet de supposer la présence d’une petite colonie.
Ce stage fut une expérience bien enrichissante, et pleine de découvertes !

Merci à Lucie, Sophie, Adrien, Angélique, ainsi qu’à toute l’équipe de Picardie Nature.

Charline GLOAGUEN Stagiaire à Picardie Nature


Partager : http://l.picnat.fr/gqk

Les plus récents

Les plus lus

Picardie Nature

Association régionale de protection de la Nature et de l'Environnement
membre de France Nature Environnement, agréée par les ministères de l'Écologie et de l'Éducation Nationale
Picardie Nature - 1 rue Croÿ - BP 70010 - F80097 Amiens cedex 3 - Tél. 03 62 72 22 50