Etudes et observations

Reproduction du Phoque gris 2017/2018 : découverte d’un « blanchon »

Publié le 3 avril 2018 par Aurore Feunteun, Sarah Monnet


Introduction

Dans la population Est de l’Atlantique Nord, la période de reproduction du Phoque gris correspond à l’hiver. La France représente la limite méridionale de l’aire de répartition du Phoque gris.
En France, on trouve seulement 2 colonies reproductrices dans les archipels bretons : à Molène et aux Sept-Îles. Les femelles y mettent bas entre début novembre et fin décembre sur substrat rocheux. De par leur grande plasticité comportementale, les bancs de sable, les plages, les zones de mollières et même la glace sont aussi des milieux qui conviennent aux phoques gris pour leur reproduction.
A la naissance, le jeune appelé « blanchon » - en référence à la couleur blanche de son pelage long et laineux : le lanugo - mesure 80 cm et pèse 14 kg environ. La femelle le laisse régulièrement se reposer plusieurs heures sur le sol, le temps de rejoindre un point d’eau et revenir le nourrir. Elle l’allaite plusieurs fois par jour avec un lait riche en matière grasse (50 %) sur une durée allant de 14 à 21 jours, lui permettant de tripler sa masse corporelle, avant d’être sevré et d’entamer sa mue.


Contexte en baie de Somme   

Depuis 2008, on compte 15 blanchons découverts le long de la côte picarde, entre Berck-sur-Mer et le Tréport :
- 9 d’entre eux ont été retrouvés échoués morts,
- 6 ont été retrouvés vivants (depuis 2011).
Même si la colonie n’est pas encore installée, la population de Phoque gris est présente toute l’année, avec des effectifs annuels moyens en augmentation (7 Phoque gris en 2006 contre 109 en 2017) et de nombreux autres indices de reproduction sont découverts chaque année depuis 2007, principalement entre décembre et février (un peu plus tard qu’en Bretagne) : accouplements, femelles gestantes, découverte de placenta, etc.
La diversité des milieux en baie de Somme semble favorable à l’élevage des jeunes malgré des conditions météorologiques difficiles.
Il s’avère qu’en 2014, 2016, et 2017, une femelle Phoque gris, dénommée Vanesse, a été observée mettre bas et élever ses jeunes entre le banc de l’Ilette et l’Anse Bidart, parfois jusqu’au sevrage.
L’ensemble de ces éléments sont prometteurs quant à l’installation d’une future colonie reproductrice en baie de Somme.


15ème découverte de blanchon : 6ème blanchon retrouvé vivant

Le jeudi 25/01/2018, un blanchon a été signalé par des particuliers entre le sentier d’accès à la mer et Quend-Plage, près de la base nautique. Il aurait été vu à proximité d’une femelle de Phoque gris, qui n’a pas pu être identifiée le jour de l’observation.



Comme les années précédentes, des équipes de bénévoles ont dès lors été mises en place, dans le but de protéger le blanchon, de suivre son comportement et éventuellement celui de sa mère, de sensibiliser les usagers de la baie, etc.
Mais les premières équipes n’ont pu se rendre sur place qu’à partir du samedi 27/01 au matin, en prospectant le secteur entre la base nautique de Quend-Plage et le parking de la Maye.
Bilan de la journée : seules des traces peu fraiches dans le sable ont été observées, et la présence des bénévoles l’après-midi a permis de secourir un coureur désorienté, piégé par la marée montante.

Le dimanche 28/01, une nouvelle prospection est engagée dans le secteur du parking de la Maye jusqu’au Crotoy, sans succès également.
C’est à 11h, ce même jour, que le jeune phoque est de nouveau signalé plus au Nord, à Fort-Mahon.
Ce jour-là, malgré les recommandations, le jeune a subi de forts dérangements par les personnes présentes sur place. Pensant bien faire, les agents municipaux l’ont également déplacé et déposé près d’une bâche d’eau.
Il faut savoir que le blanchon est particulièrement vulnérable les premiers jours de sa vie. Son lanugo ne lui permet pas de nager, car en s’imbibant d’eau, à l’image d’une éponge, celui-ci peut le conduire à la noyade. La mère peut alors le laisser seul plusieurs heures pour partir en mer, avant de le rejoindre et le nourrir de nouveau sur la terre ferme. Il peut également être sevré et livré à lui-même quelques jours, vivant sur ses réserves, le temps d’achever sa mue et partir en mer à son tour.
Dans les deux cas, le jeune est en situation d’attente, de repos, et reprend de l’énergie.
Il ne faut donc ni intervenir, ni provoquer quelconque dérangement (cf. paragraphe sur les gestes à adopter en cas de découverte d’un jeune phoque sur la plage).


Une nouvelle équipe est alors envoyée à sa recherche entre la digue Sud de Fort-Mahon et Quend, mais une fois de plus, aucune observation n’a pu être faite.
Après toutes ces péripéties, bonne nouvelle ! Le blanchon a été revu à Fort-Mahon dès le lendemain (lundi 29/01). Il a pu survivre aux nombreuses perturbations qu’il a subies la veille, certainement parce qu’il était déjà âgé de quelques jours, ce qui lui a sûrement permis d’être déjà assez à l’aise seul dans l’eau et de réaliser un tel parcours.



Son gabarit et le début de la mue au niveau de la tête, des palmures, du dos et des flancs, indiquent en effet qu’il ne s’agit pas d’un nouveau-né. Sur la base de photos, l’individu a pu être comparé avec les blanchons des années précédentes (2016 et 2017) à un stade de développement comparable. Sa date de naissance a pu être estimée entre le 04/01/2018 et le 08/01/2018, il était alors âgé d’une vingtaine de jours lors de sa découverte.



Le jeune a été observé pour la dernière fois le mardi 30/01, dans le même secteur que la veille, au niveau de Quend, vers Fort Mahon. Un bénévole expérimenté l’a identifié comme étant un mâle sevré. Il paraissait en bonne forme, de forte corpulence et était très vigoureux.



S’agit-il d’un jeune phoque provenant d’une colonie voisine ? Ou d’un Phoque né en baie de Somme, en cours de sevrage, passé inaperçu depuis sa naissance par manque d’observateurs sur place ?

Un mois plus tard, un indice de taille voit le jour : une photo est envoyée par le biais d’une connaissance, permettant d’observer une femelle à proximité du blanchon le vendredi 26/01. S’agit-il de la même femelle qui avait été observée à ses côtés le jour de sa découverte ? S’agit-il de sa mère ? Sur la base des connaissances actuelles, nous ne le saurons pas, mais la photo a permis d’identifier Vanesse, la femelle Phoque gris qui avait déjà élevé des jeunes en 2014, 2016 et 2017, jusqu’au sevrage pour les blanchons des années 2016 et 2017.



A titre d’information, Vanesse a été ré-observée en baie d’Authie dès le 03/02 et le 10/02.



De plus, un jeune Phoque gris a été observé en baie d’Authie. Il pourrait très bien s’agir du jeune blanchon découvert le 25/01 à Quend-Plage, comme d’un jeune venu d’une colonie voisine. Il est intéressant de noter la présence d’une blessure au dessus de la nageoire postérieure gauche. Si cette marque persiste après cicatrisation, le suivi individuel du jeune pourrait être facilité par photo-identification.




Conclusion

La date, le lieu de naissance et l’identité de la mère du blanchon restent incertains, mais de nouvelles hypothèses font surface, et la découverte du blanchon apporte un nouvel indice de valeur sur la reproduction et l’état de santé des populations de Phoque gris en baie de Somme.
En espérant que ce comportement puisse de nouveau être observé dans la région les années à venir, et qu’il se perpétue chez plusieurs femelles !
Un grand travail de collaboration et de communication est indispensable entre les spécialistes mais également avec les usagers de la baie de Somme.

N’hésitez pas à nous faire part de vos observations passées et/ou futures pour compléter les lacunes existantes ! Tout élément est important pour une meilleure compréhension du comportement du Phoque gris !


Gestes à adopter en cas de découverte d’un jeune phoque sur la plage  :
Comme mentionné précédemment, l’hiver correspond à la période de reproduction du Phoque gris. Il n’est donc pas impossible de rencontrer un blanchon seul sur la plage à cette période, sans pour autant que le jeune soit en situation de détresse.

Certes, le nombre de naissance de phoques gris est de l’ordre de l’anecdote en baie de Somme, mais l’attitude à suivre reste la même.

Pour rappel, le Phoque gris est une espèce protégée. Voici quelques gestes à adopter en cas de découverte d’un jeune sur la plage afin de limiter son stress et de garantirsa survie :
- contacter tout de suite l’Observatoire Pélagis au 05 46 44 99 10 pour signaler la présence d’un individu (seul, accompagné de sa mère ou en détresse) : des personnes formées à ce genre de cas pourront ainsi rapidement se rendre sur place et mettre en place les mesures nécessaires,
- n’interagissez pas avec lui : pas de manipulation (pour éviter tout risque de blessures, pour lui comme pour vous), et pas de remise à l’eau (pour ne pas risquer de le noyer s’il n’est pas encore apte à nager),
- gardez le maximum de distance entre lui et vous (200-300 m) : vous n’effraierez ainsi pas sa mère, qui pourra venir le nourrir et le récupérer.

Cette attitude s’applique aussi à l’autre espèce de Phoque présente en baie de Somme : le Phoque veau-marin (Phoca vitulina vitulina), dont la période de reproduction se déroule en été.


Références
DUPUIS, L. (2007). Etude et protection de la colonie de phoques de la baie de Somme. Bilan d’activités 2006, 60p.
DUPUIS, L. (2008). Etude et protection de la colonie de phoques de la baie de Somme. Bilan d’activités 2007, 65p.
HUSSENOT, E. & PRIEUR D. (1985). Mammifères et oiseaux de nos côtes. Edition maritime & d’Outre-Mer, 191p.
MONNET, S. (2018). Etude et protection de la colonie de phoques. Bilan d’activités 2016, 26p.
THIERY, P. & de BOER, J. (2012). Potentialités de reproduction du Phoque gris (Halichoerus grypus ,F. 1791) sur la Côte Picarde. Thiery Edition, 29p.
VINCENT, C. (2001). Bases écologiques de la conservation du phoque gris Halichoerus grypus en Mer d’Iroise. Thèse de Doctorat d’Université, 217p.


Mots clés : Phoques Partager : http://l.picnat.fr/ngs

Autour du même sujet

Les plus récents

Les plus lus

Picardie Nature

Association régionale de protection de la Nature et de l'Environnement
membre de France Nature Environnement, agréée par les ministères de l'Écologie et de l'Éducation Nationale
Picardie Nature - 1 rue Croÿ - BP 70010 - F80097 Amiens cedex 3 - Tél. 03 62 72 22 50