Picardie Nature demande la suspension de la chasse aux oiseaux migrateurs pour cause de gel prolongé

Publié le 23 décembre 2010 par Patrick Thiery

La France occupe en Europe une situation privilégiée pour l’avifaune migratrice. Situé sur la façade ouest de l’Europe, notre pays constitue une zone de repli importante pour les populations d’oiseaux d’eau du nord et de l’est. Nous assistons depuis quelques jours à des mouvements très importants d’oies et de canards depuis la Hollande et la Belgique vers le Nord de la France.

Un sérieux coup de froid, exceptionnel à cette période de l’année par son intensité et sa durée sévit dans une grande moitié nord de la France depuis 3 semaines. Les plans d’eau n’ont quasiment pas dégelé depuis le 30 novembre La neige recouvre le sol depuis une semaine en Picardie. Ne trouvant plus leur nourriture, les oiseaux sont contraints de puiser dans leurs réserves et les dérangements incessants provoquent de multiples envols, très coûteux en énergie qui font empirer leur état physiologique.

Les limicoles (bécasses, pluviers, vanneaux) et les turdidés (grives et merles) sont incapables d’accéder à tout ou partie de leurs ressources alimentaires.

Les oiseaux d’eau se réfugient massivement sur les zones encore libres de glace (cours d’eau principalement) mais aussi dans les secteurs entretenus à cette fin juste devant les huttes de chasse où leur concentration les rend particulièrement vulnérables et favorise leur destruction.

Depuis 3 semaines l’observation des mouvements d’oiseaux d’eau et les tableaux de chasse décrits sur les sites internet dédiés aux chasseurs montrent à l’évidence des passages importants et une pression de chasse accrue. Ainsi, le 1er décembre, certaines huttes avaient atteint le tir maximal de 25 canards par nuit en quelques heures seulement.

Sur le terrain, plusieurs ornithologues du Nord-pas de Calais et de Picardie ont constaté :

  • la présence d’espèces indicatrices de vague de froid : cygne chanteur, Harle bièvre, Harle Piette, Bernache Nonnette
  • Des mouvements et la présence d’espèces en nombre inhabituel : plusieurs milliers d’oies cendrées et rieuses, plusieurs milliers de canards siffleurs, plusieurs centaines de Courlis cendré et de Bécassines sur l’ouest du département de la Somme.

Les prévisions météorologiques annoncent un nouveau coup de froid à partir de vendredi soir puis des températures négatives nocturnes inférieures à moins 5 degrés pendant 4 jours.

Ces éléments relatifs au mouvements d’oiseaux et aux prévisions météorologiques correspondent à ceux précisés dans la procédure nationale « gel prolongé » établie en juin 2010 par l’ONCFS et qui a fait l’objet d’une circulaire ministérielle adressée aux préfets le 30 novembre 2010.

En conséquence, PICARDIE NATURE demande la suspension de la chasse dès vendredi 24 décembre à midi, pour le gibier d’eau, limicoles terrestres et turdidés pendant une période de 10 jours renouvelable en application de l’article R.424-3 du Code de l’environnement qui prévoit qu’ « en cas de calamité, incendie, inondation, gel prolongé, susceptible de provoquer ou de favoriser la destruction du gibier, le préfet peut, pour tout ou partie du département, suspendre l’exercice de la chasse soit à tout gibier, soit à certaines espèces de gibier. La suspension s’étend sur une période de dix jours maximum et renouvelable. L’arrêté du préfet fixe les dates et heures auxquelles entre en vigueur et prend fin la période de suspension. ».

Depuis 3 semaines, PICARDIE NATURE demande au Préfet de la Somme la mise en place du dispositif départemental de concertation prévu dans la circulaire ministérielle et éviter les dysfonctionnements rencontrés lors de la précédente saison. L’association avait en effet été contrainte de saisir la CADA (commission nationale d’accès aux documents administratifs) pour obtenir des préfets les avis des brigades de l’ONCFS et des fédérations de chasse.

PICARDIE NATURE dénonce l’absence de transparence et de concertation qui prévaut depuis plusieurs années. L’association réclame l’instauration d’un protocole de suivi local, tripartite (ONCFS, chasseurs, association de protection de la nature) incluant notamment plusieurs sites de référence (un seul actuellement pour l’ensemble du département).

Si la chasse aux oiseaux migrateurs n’est pas suspendue, PICARDIE NATURE invite tous les picards respectueux de la nature à aller observer le comportement des oiseaux d’eau et constater les activités de chasse dans les zones humides, en particulier en baie de Somme et dans le marais du Hâble d’Ault (de jour comme de nuit) et à transmettre les informations recueillies à sebastien.maillier@picardie-nature.org .

Patrick THIERY
Président de PICARDIE NATURE
Contact : 06.19.07.94.02


Partager : http://l.picnat.fr/MTIxMTAw

Les plus récents

Les plus lus

Picardie Nature

Association régionale de protection de la Nature et de l'Environnement
membre de France Nature Environnement, agréée par les ministères de l'Écologie et de l'Éducation Nationale
Picardie Nature - 1 rue Croÿ - BP 70010 - F80097 Amiens cedex 3 - Tél. 03 62 72 22 50