Makatea

Makatea

Espèce :
Phoque veau-marin

Sexe :
Femelle

Naissance :
environ 2 juillet 2012

Echouage :
7 juillet 2012
dans les molieres du Cap Hornu

Motif d’échouages :
Jeune séparé prématurément de sa mère

Poids à l’arrivée :
12 kg

Tous les phoques du centre de soins se portent bien. Nous les avons pesé ce mercredi, Makatéa présente un poids de 36 kg.
Ils ont bien profité des bassins extérieurs pour se muscler et se constituer une bonne couche de graisse. A présent, ils sont prêts à retrouver leur milieu naturel.
Tous les phoques seront revus par le vétérinaire dimanche matin avant d’être mis en caisse et transportés à la pointe du Hourdel. 

Makatéa va bien, elle continue de prendre du poids et pèse aujourd’hui 34,5 kg.
Cette semaine, tous les phoques actuellement en soins au centre, ont été équipés d’une plaque colorée, collée sur les poils, sur l’arrière de la tête. Celle de Makatéa est jaune et bleue. Ces plaques permettront une reconnaissance visuelle des phoques lorsqu’ils seront en milieu naturel. Ils seront alors facilement identifiables lorsqu’ils seront observés en train de nager ou de se reposer au sein de la colonie sur les bancs de sable émergés à marée basse. Les plaques étant collées sur le poil, elles tomberont à la prochaine mue, soit en début d’été 2013. 

Makatéa profite bien et continue de prendre du poids. Elle pèse aujourd’hui 31,5 kg.
Elle joue davantage, aussi bien seule qu’avec ses congénères. Cette semaine elle a passé un peu plus de temps avec Ilette.

Makatéa est en bonne santé, elle pèse à ce jour 28,8 kg.
Elle est un peu caractérielle, n’acceptant pas toujours que ses congénères s’installent trop près d’elle sur le reposoir.
Les phoques du centre de sauvegarde sont en pleine croissance, ils sont nourris de harengs entiers et en consomment en moyenne 2,5 kg par jour.

Makatéa se porte bien et affiche cette semaine un poids de 27 kg.
A présent, les dix jeunes phoques du centre de soins sont en bassins extérieurs.
Makatéa partage le grand bassin extérieur avec Tatihou, Bono, Taveeg, Triagoz, Ilette, Gargalo et Oléron. Le petit bassin est occupé par Tibidy et Piana.
Les phoques suivent tous plus ou moins le même rythme, qui consiste à se nourrir, alterner des moments de nage, de jeux et de repos. Ils profitent du bassin le matin, et ils s’installent sur le reposoir au soleil l’après-midi et une partie de la nuit.

Makatéa se porte bien et elle pèse actuellement 24,6 kg.
Elle profite pleinement du grand bassin extérieur et des belles journées ensoleillées.
Makatéa prend des bain de soleil sur le reposoir du bassin en compagnie de ses congénères.

Demain, Taveeg et Gargalo rejoindront Makatéa et les autres dans le grand bassin extérieur du centre de soins.

Makatéa en bonne forme, elle pèse à présent 22,8 kg. Après une semaine passée seule dans le petit bassin extérieur, nous avons mis Makatéa dans le grand bassin extérieur avec Ilette, Tatihou, Bono et Triagoz.

Les phoques vont pouvoir profiter du soleil prévu cette semaine pour faire le plein d’énergie !

Makatéa est en très bonne forme, elle pèse aujourd’hui 21,2 kg.

Elle a quitté sa quarantaine cet après-midi pour rejoindre le petit bassin extérieur. Elle va dorénavant pouvoir profiter de longues siestes au soleil sur le reposoir et profiter d’un volume d’eau beaucoup plus important que dans les quarantaines pour nager et se muscler. Pour le moment, elle est seule dans ce petit bassin.

Depuis quelques jours Makatéa se nourrit seule de poissons entiers, qui lui sont distribués 4 fois par jour dans son petit bassin. Elle partage toujours sa quarantaine avec Triagoz.
Lors de la visite vétérinaire hebdomadaire de ce jour, Makatéa a été équipée d’une bague à la nageoire postérieure droite. Cette bague numérotée permettra de l’identifier lorsqu’elle sera en bassin extérieur au centre de soins, mais elle pourra aussi permettre de la reconnaître en milieu naturel.
Makatéa pèse aujourd’hui 18,5 kg. Elle rejoindra très certainement ses congénères dans le bassin extérieur au cours de la semaine prochaine.

Makatea partage sa quarantaine avec Triagoz. Les deux phoques ont accès à leur bassin pendant la journée, nous leur laissons des poissons à disposition dans l’eau pour les stimuler à se nourrir seuls. Hier, Makatea a réussi à manger un poisson toute seule. Depuis, elle est nourrie 4 fois par jour qu’on lui dépose dans son bassin et qu’elle avale goulûment !
Makatea pèse aujourd’hui 16 kg. Ses problèmes oculaires se sont complètement résorbés et elle ne doit plus suivre de traitement.

Makatea se porte très bien. Ses problèmes oculaires sont en voie de guérison, elle poursuit cependant son traitement.
Makatea est nourrie 4 fois par jour de poissons entiers, qui lui sont donnés à la main. Nous la laissons quelques heures par jour, seule dans son petit bassin de quarantaine, avec des poissons, afin de la stimuler pour manger seule. Elle pèse maintenant 13,5 kg.
Elle partage sa quarantaine avec Triagoz avec qui elle joue gaiement.

Makatea pèse dorénavant 13 kg, elle est nourrie 4 fois par jour de bouilles de harengs, à l’aide d’une sonde oesogastrique. Elle poursuit son traitement ophtalmique pour un ulcère oculaire qui perdure.

Makatea doit son nom à une île de la polynésie française, elle est habitée par une petite centaine de personnes.
L’île de Makatea, autrefois nommée " Aurora " ou " Papa Tea " (Roc blanc) par les Polynésiens, est un ancien atoll dont le lagon s’est comblé. Cet atoll s’est soulevé à plus de 60 m au-dessus des flots et culmine à 110 m.
L’île est située au nord-ouest de l’archipel des Tuamotu, à 230 km au nord-est de Tahiti. Elle a été découverte par Roggeveen en 1722. Vue de la mer, elle se présente comme une falaise calcaire massive assez inaccessible puisqu’on ne peut y aborder que par l’ouest, par la passe artificielle qui conduit au port abandonné de Temao, l’ancien port des phosphates, exploité entre 1917 et 1966 par la Compagnie française des phosphates de l’Océanie. Sur le plateau se trouve une gare et une ville industrielle, Vaitepaua, dont rien n’a été enlevé, ainsi que les rares restes de la seule voie ferrée de Polynésie, longue de 7 km, qui reliait les gisements, exploités à ciel ouvert, à l’usine de séchage. Tous ces équipements à l’abandon continuent d’être absorbés par la brousse.

Les plus récents

Les plus lus

Picardie Nature

Association régionale de protection de la Nature et de l'Environnement
membre de France Nature Environnement, agréée par les ministères de l'Écologie et de l'Éducation Nationale
Picardie Nature - 1 rue Croÿ - BP 70010 - F80097 Amiens cedex 3 - Tél. 03 62 72 22 50