La "Surveillance estivale"

Le Petit Journal de la Surveillance Estivale 2017

Publié le 3 mars 2018 par Sarah Monnet


Depuis 1986, Picardie Nature étudie et protège, tout au long de l’année, les deux espèces de phoques présentes en baie de Somme : le Phoque veau-marin et le Phoque gris.
Cependant, l’été correspond à deux périodes : à la période de reproduction du Phoque veau-marin, et à la période d’afflux touristiques en baie. Le risques de dérangements peuvent donc être nombreux. Or ils sont connus comme facteurs pouvant impacter physiologiquement ces mammifères marins.
La mise en place des actions de protection nécessite donc un investissement accru. C’est pourquoi, une « Surveillance estivale » est mise en place annuellement par l’association. Dans le cadre de cette action, Picardie Nature accueille des écovolontaires pour prêter main-forte aux bénévoles réguliers durant cette période.
Ils sont présents quotidiennement en baie, entre début juin et fin août, pour sensibiliser et informer le grand public sur la biologie de l’espèce et son environnement, pour réaliser un suivi de la population et pour protéger les reposoirs, zones de quiétude vitales à la biologie de l’espèce (mises bas, allaitement et mue).

Maintenant que la saison 2017 est terminée et que la saison 2018 se prépare, nous tenions à remercier tous les écovolontaires pour leur participation et leur investissement ! C’est tous ensemble que nous pouvons agir pour la préservation de ces espèces de Mammifères marins.
Voici quelques témoignages et créations qui vous permettront de goûter à l’ambiance Surveillance estivale :

1re quinzaine : Gabriel Daudricourt, 32 ans, originaire de Fort-Mahon Plage

"Les 15 premiers jours de la surveillance nous ont apporté des connaissances naturalistes variées et des recettes de cuisine à ramener avec nous. Marieke, Morgane, Antoine, Fréderic et Gabriel étaient de la partie. Des longues soirées animées et des journées instructives se sont agréablement succédées aux rythmes des marées."



2e quinzaine : Julie Pedrono, 30 ans, originaire de l’Ardèche ; Cléo Baron, 20 ans, originaire de l’Oise ; et Lucie Deweer, 28 ans, originaire du Val d’Oise

"En 15 jours, le temps d’une vie. J’ai rencontré Clémentine revenue du blockhauss qu’elle appelait l’holocauste. J’ai vu faire la remontée d’entubeur à sec, en fait regardé une intubation d’un jeune phoque. Maman, je crois que je suis devenue une star car j’ai été photographiée pour un reportage télé.
Nous avons acquis une expérience naturaliste auprès d’une ornithologue confirmée, Cléo. Nous avons eu l’occasion d’en apprendre plus sur la biologie du veau de mer auprès d’une femme de passage. En fait, nous regardons les veaux-marins. Autres choses entendues au point d’information que nous tenons : « les phoques consomment bien 25kg de poisson par jour », « ils ont été introduits », « ils restent dans le port à marée haute ». Ils nous faut informer : les phoques n’ont pas été introduits. A marée haute, ils vont loin en mer se nourrir ; ils mangent en moyenne 3kg de poissons par jour. Ce fut l’occasion de faire de charmantes rencontres, avec parfois des invitations à aller voir ailleurs. Nous nous y sommes donc rendus. En bref, un accueil chaleureux et bienveillant typique.
L’expérience de la vie en promiscuité nous a apporté bien des choses, notamment des oiseaux. Des personnes intéressantes et peut être intéressées. Des soirées endiablées au son rythme du jambé mais aussi la relève de la chanson française. De l’aventure, de la passion submergée par les épices entre ail et persil, nous sommes parvenus à la ciboulette. En fait, cette année, les noms des phoques échoués sont les épices.
Traversée de la vasière, si Molière n’était conté, on tiendrait compte des préma trop maturés.
Un temps à boire des cocktails. On nous a bien servi des glaçons, mais c’était pour le travail alors on est resté. L’occasion aussi de découvrir des jeux : Jungle Time’s Up au gîte sauf une fois au chalet.
En bref, une surveillance estivale mais pas banale avec des phoques. Nous avons eu la chance d’observer de nombreuses pontes, en fait des mises bas. On n’en a ramassé quelques uns mais pas pour faire une omelette.
Le saviez-vous ? Les objets vendus au Hourdel sont fabriqués en véritables …On dit qu’ils sont en galets car c’est une espèce protégée et qu’il ne faut pas ébruiter la vérité.
Finalement c’était bien. On repartira au son de Tunak Tunak en ayant appris beaucoup sur la biologie des phoques et des bipèdes qui les entourent. Une expérience enrichissante qui nous aura fait comprendre les enjeux de la cohabitation entre les humains et ces espèces protégées. L’importance de l’information afin de sensibiliser et changer les comportements.

PS : Simon, l’année prochaine, apprend à cuisiner, passe le permis et la carte verte.
Merci coordo !"



3e quinzaine : Balthazar L’Hiver, 22 ans, originaire d’Indre-et-Loire

"Poème 1 :
Dans le vent asséchant
Les dunes se formant
Après multiples marées
Nombre de phoques viennent s’étaler

Réflexe humain
Au doute incertain
On touche bien entendu
A une mort si vite venue

Calme ou urgence
Pas de différence
Il faut protéger
Le patrimoine convoité

Il faut bien se reposer
Tel l’animal posé
Avant de comprendre
Qu’on ne sait s’y prendre

Entre plaisir et tristesse
Dans la joie voire détresse
La nature avance
Protégeons avec persévérance"



"Poème 2 :
Gris au pelage muant
Aiment s’étaler sur le sable
Si chaud brulant
Qu’il en devient confortable

Il est dit veau-marin
Si attirant soit-il
En reste malin
Et nageur habile

Protégés et respectés
Toujours aussi attirants
Parfois dérangés
Dormons méfiant"



4e quinzaine : Camille Gourmand, 21 ans, originaire de la Vienne ; Léa Wlodek, originaire de la Somme ; Guillaume Veillet, 23 ans, originaire de Lyon ; et Serine Panicucci, originaire du Vaucluse

"Participation à la surveillance estivale
Inoubliable !!!
Comptage, protection, information et sensibilisation
Au cœur de l’incontournable Baie de Somme
Réputés pour sa beauté
Dotée d’une colonie de phoques
Insoupçonnée pour la plupart des visiteurs
Emerveillés nous sommes et nous resterons par la tranquillité de ce lieu et du chant mélodieux des phoques gris

Naturellement nous reviendrons sans hésitation !
Ambiance conviviale,
Temps changeant et incertain
Unique expérience et rires partagés
Rendez-vous au « Blachos », au « Bia-hache’ » avec nos « VHS » pour compter les « CMV »
Et bien plus encore…"



5e quinzaine : Alexandra Andreu, 28 ans, originaire de la Loire ; Anastasia Oudot, 28 ans, originaire de Nice ; et Marianne Reuge, 33 ans, originaire de Rennes

"Surveillance estivale des phoques, faites tomber les idées reçues !

Les phoques c’est sur la banquise ! Mais aussi dans les mers chaudes, en eau douce et dans la baie de Somme... Tout, tout, vous saurez tout sur les phocidés !
600 PV, ça fait trop ! Mais non 600 c’est génial, c’est la population de Phoca vitulina qui augmente :-) , un peu beaucoup grâce aux bénévoles de l’été :-)
La VHS c’est fini : Ah ben en fait oui, c’est juste qu’on avait confondu avec la VHF pour tchatcher entre équipes.
En Picardie, il fait moche ! En fait, il fait beau plusieurs fois par jour et même presque chaud en veste de ski. Et il fait humide plusieurs fois par jour donc le maillot de bain est finalement resté au chaud dans la valise. C’est le climat tropicard, on s’habitue !
La vie en groupe, c’est dur ! Mais non, pas du tout, entre l’identification des oiseaux de la nappe et des bivalves de la tapisserie du dortoir, on s’ennuie pas. Et quand on a fini, on étudie le régime alimentaire de Roussette la poule mascotte du gîte.
La marée haute, c’est dans la baie ! Et aussi dans la salle de bain à l’occasion...1h 37 coeff 120
S’engager deux semaines pour les phoques en Picardie, vous hésitez ? Nous, on est trop triste de partir, si vous avez l’occas’, foncez !"



6e quinzaine : Justine Girardet, 21 ans, originaire de la Vienne

"Après avoir effectué une licence de écologie et biologie des populations, j’ai voulu participer à la protection animale en me tournant vers du volontariat. J’ai donc participé aux deux dernières semaines de la surveillance estivale des phoques et je n’en suis pas déçu. Ce fut une excellente expérience accompagnée de très bonnes rencontres. Et oui, la surveillance ce n’est pas seulement du travail c’est aussi de la vie en groupe et de chouettes rencontres !
Lors d’une semaine typique une (ou plusieurs) missions vous sont affectées chaque jour. Les missions auxquelles j’ai pu participer sont les suivantes : le point d’observation, et les sorties maritimes, le comptage. Cependant, la période naissance étant finie et les petits étant sevrés, le planning est tout de même plus allégé fin aout (malheureusement). Mais commençons par le point d’observation où la mission principale est d’informer et de sensibiliser les visiteurs à la protection des phoques. Ce fut très intéressant et cela permet d’en apprendre autant sur l’animation en générale que sur vous même. Oui, il faut savoir rester très calme et faire preuve de patience parfois ! En ce qui concerne les sorties maritimes, elles ont plusieurs objectifs. Elles permettent de photographiées les phoques et ainsi pouvoir les identifier, de compter les individus mais aussi, et surtout, de surveiller les reposoir. Et quel bonheur de pouvoir observer les phoques pendant plusieurs heures !
En bref, le volontariat chez Pic’Nat c’est super chouette, vous apprenez pleins de choses et vous faites de belles rencontres en même temps ! "



6e quinzaine : Natacha Planque, 18 ans, originaire du Pas-de-Calais

"Cela fait une semaine que je suis arrivée en baie de Somme pour faire la surveillance estivale. Ayant entendu parler du bénévolat à Picardie Nature plusieurs fois de manière très positive, j’ai souhaité le découvrir par moi-même. C’est la première fois que je fais du bénévolat et je suis très satisfaite de participer aux missions de suivi et d’information sur les phoques gris et veaux marins ! Même si j’ai déjà eu l’occasion de voir des phoques avant cet été, savoir reconnaître à quelle espèce appartiennent les phoques du bout de la baie n’est pas si facile ! De même pour compter les phoques mais on s’habitue facilement à les reconnaître et à un peu mieux les compter.
La baie de Somme est un endroit magnifique et plus les jours passent plus on en apprend sur les phoques, la baie et les autres bénévoles. Les heures passées au point d’obs et au point d’obs bis nous permettent d’informer les personnes sur les phoques et leur protection et de discuter des phoques et de leur mode de vie avec des personnes très intéressées. Cela fait toujours plaisir de voir des personnes s’émerveiller en regardant à la longue-vue des dizaines de phoques qui se prélassent sur les bancs de sable ou des phoques gris qui s’agitent. Mais j’ai encore plus aimé les deux sorties en bateau que j’ai pu faire. En zodiac, nous avons pu encore mieux observer phoques gris et veaux marins et découvrir que les phoques gris sont extrêmement bruyants et énervés (entre deux moments de sieste profonde bien sûr !). C’était super intéressant de voir comment ils jouaient et se chamaillaient entre eux.
Plus que 5 jours et je serai déjà partie. Je suis très contente d’avoir pu participer à la protection des phoques ! La vie en communauté est sympa et nous permet de découvrir des personnes qui partagent toutes cette envie d’aider et d’informer malgré des différences d’âge, de région… Ce que je regrette un peu c’est qu’on ne fasse pas des terrains un peu plus diversifiés et qu’on n’est pas pu faire plus de comptage (parce que l’on était que 3 ou 4 bénévoles)."



Semaine du 14 au 22 juillet : Groupe scout SGDF, originaire de Péronne

"Nous sommes un groupe de 4 scouts. Pendant la semaine nous avons aidé Picardie nature dans ses recherches et la protection des phoques et de la baie.
Nous avons voulu aider Picardie nature car nous avons comme projet de partir au Canada pour protéger l’environnement, sa faune et sa flore.
Chaque jour passé à leur coté nous a permis d’apprendre un peu plus sur les phoques mais aussi de partager nos connaissances aux touristes qui viennent admirer les phoques en baie de Somme. Ce que nous avons fait avec Picardie Nature est une chance incroyable, c’est une expérience à vivre car on n’aura peut-être pas l’occasion de la vivre plusieurs fois.
Pouvoir voir des phoques c’est incroyable, pouvoir admirer des phoques gris et phoques veaux marin et couples mères petit.
Tous les bénévoles et les saisonniers sont super sympa, l’ambiance au gîte et sur le terrain est très bonne.
Merci à l’association pour la découverte que l’on a fait tous au long de la semaine."


Partager : http://l.picnat.fr/nbq

Les plus récents

Les plus lus

Picardie Nature

Association régionale de protection de la Nature et de l'Environnement
membre de France Nature Environnement, agréée par les ministères de l'Écologie et de l'Éducation Nationale
Picardie Nature - 1 rue Croÿ - BP 70010 - F80097 Amiens cedex 3 - Tél. 03 62 72 22 50