Aider les chauves-souris & le Label "Refuge pour les chauves-souris"

1er Refuge pour les chauves-souris pour l’Oise à Hermes

Publié le 18 septembre 2012 par Sophie DECLERCQ

> Genèse de l’opération Refuge pour les chauves-souris

Née en 2006 en Bretagne par le Groupe Mammalogique Breton, l’Opération Refuge pour les chauves-souris permet à chacun de labelliser ses actions de protection pour ces sympathiques animaux de la nuit. En 2012, sous l’égide de la Société Française d’Étude et de Protection des Mammifères (SFEPM), Picardie Nature développe l’Opération en territoire picard. Deux particuliers se sont déjà lancés dans la démarche dans l’Aisne et dans la Somme au début d’année. En ce mois de septembre, le troisième Refuge pour les chauves-souris vient de se créer dans l’Oise et marque aussi l’engagement de la première commune dans l’Opération : Hermes, près de Beauvais.

> Protéger les chauves-souris, c’est facile !

Héberger des chauves-souris dans un comble ou une toiture, protéger un souterrain ou encore favoriser la faune sauvage chez soi sont autant d’actions simples et faciles permettant à tout à chacun d’agir contre la disparition des espèces menacées.

> A Hermes, 1ère commune à s’engager dans l’opération Refuge pour les chauves-souris
A Hermes ce lundi 10 septembre le conseil municipal a voté à l’unanimité la préservation des chiroptères installés dans l’église de la commune.


Lors de cette soirée, Laurent Pagny, Maire de Hermes, et Christophe Hosten, directeur de Picardie Nature, ont signé la convention Refuge pour les chauves-souris. La ville s’engage donc à conserver le caractère accueillant des combles de l’église où une colonie de chauves-souris a trouvé refuge durant le printemps et l’été. Picardie Nature s’engage en retour à accompagner la ville dans ses actions de protection, en lien avec la SFEPM.

> Qui sont ces fameuses chauves-souris ?

La découverte de la petite colonie de Murin à moustaches eu lieu à la fin du printemps par Charline en stage à l’association Picardie Nature accompagnée d’un bénévole. Au total une dizaine de chauves-souris se sont installées dans le comble chaud et tranquille de l’église. Chaque femelle a mis au monde son seul et unique petit de l’année aux alentours du mois de juin : nu à la naissance, celui-ci a besoin de chaleur et de tranquillité, en plus des soins de sa mère pour se développer.
Le Murin à moustaches est une espèce protégée sur tout le territoire français, il est relativement commun mais de nombreux secrets subsistent encore sur son mode de vie : seules cinq colonies sont en effet recensées à ce jour en Picardie.

> Les patrimoineS de Hermes

L’église de Hermes est maintenant dotée d’un patrimoine a deux facettes : architectural et naturel.
Son positionnement par rapport à la rivière, le Thérain, dont les berges sont relativement bien boisées et la présence de plusieurs arbres à proximité immédiate de l’édifice, permettent aux Murin à moustaches de sortir du comble rapidement en sécurité dans le feuillage. Cette espèce de chauves-souris dépend de la présence d’arbres et de bosquets pour se déplacer et chasser, tandis que d’autres comme le Murin de Daubenton sont adaptés à chasser au dessus des rivières et des plans d’eau.


La ville de Hermes s’est vue remise un panneau à l’effigie de l’Opération Refuge pour les chauves-souris  qui orne déjà l’église.

> Une soirée dédiée à l’observation de ces demoiselles de la nuit

Faisant suite à l’Opération Refuge engagée, le reste de la soirée fut dédié aux sympathiques demoiselles de la nuit au travers une conférence suivie d’une balade nocturne dans le cadre de la Nuit Européenne de la Chauve-souris. Une quarantaine de personnes, petits et grands, venues de Hermes et des environs ont plongé dans ce monde fascinant.
Après avoir levé le voile sur les croyances à propos des chiroptères, nous avons appris qu’elles volent avec leurs mains, qu’elles ne sont pas aveugles et possèdent un système de radar leur permettant d’éviter tous les obstacles (et notamment les cheveux) ainsi que de repérer leurs proies (mouches, araignées, papillons, moustiques, scarabées,...).

A la lueur de la torche, le groupe s’est ensuite dirigé vers l’église et les abords du Thérain à la recherche des chauves-souris. Malgré un début timide, le spectacle aérien offert ensuite a enthousiasmé la foule. Un appareil permettant d’entendre leurs cris, détecteur à ultrasons, révélait la présence de Noctule commune en train de chasser bien au dessus de la cime des arbres, tandis que les passages rapides et acrobatiques de Pipistrelle commune en intense activité de chasse à la lisière des arbres fascinaient le groupe. Il s’avère très difficile de suivre leurs pirouettes avec une lampe, tant leur précision de vol est importante.
L’automne approche, c’est le moment pour les chauves-souris de faire des réserves de graisse en vue de leur sommeil prolongé jusqu’au printemps dans des grottes et des caves avant de revenir dans l’église de Hermes au printemps prochain.

> D’autres coups de pouce faciles sont réalisables par tous pour aider les chauves-souris : préférer des produits ménagers respectueux de l’environnement, éviter l’utilisation de produits chimiques au potager et au jardin, laisser une partie de la pelouse pousser afin d’y observer fleurs et papillons.
A la nuit tombée, profitez alors d’aller les observer !


Partager : http://l.picnat.fr/MDkxMTAw

Les plus récents

Les plus lus

Picardie Nature

Association régionale de protection de la Nature et de l'Environnement
membre de France Nature Environnement, agréée par les ministères de l'Écologie et de l'Éducation Nationale
Picardie Nature - 1 rue Croÿ - BP 70010 - F80097 Amiens cedex 3 - Tél. 03 62 72 22 50